Retour sur l’AG 2015 : un haïku aux petits oignons !

Cette année, le rapport d’activités 2015 de Locaux Motiv’ (LM) — à télécharger en pdf ici, et ses annexes là — non seulement a été terminé dans les temps, mais ne comporte pas de conclusion ! Pourquoi ? parce que le projet associatif de LM s’est inscrit en 2015 dans un processus de transformation qui va courir au moins sur deux ou trois exercices.

Le président avait concocté pour l’assemblée « un PPO » – lire « un programme aux petits oignons » -, dans lequel les échanges de la journée, entrecoupés de moments conviviaux, étaient partagés entre une matinée consacrée à l’assemblée générale institutionnelle et l’après-midi, à deux ateliers de réflexion.

Le tour des commissions

Côté finances, c’est le rappel de « la task force », qui a abouti à l’installation de huit postes nomades et à l’agrandissement de l’open space, projet pour lequel l’association peut se féliciter. Cette task force a été ressentie comme emblématique de la manière dont se font les choses à Locaux Motiv’ : de bonnes idées, de l’intelligence partagée et une bonne dose d’énergie mise en œuvre ! Elle donne également aujourd’hui une assise financière qui permet de prendre des risques ! Autre point-phare de la finance, l’embauche d’une comptable, Alice Dupuis, dont LM assure la gestion de sa mise à disposition dans certaines structures membres de l’association.

Pour la communication, le chantier signalétique a été mis en stand-by, en raison des réflexions de changement en cours. La commission souligne la parution de la newsletter, dont la vitesse de croisière est désormais stabilisée, et l’implication de Justine, en service civique en 2015, à l’articulation entre la commission coopération et la commission communication, dont elle est désormais référente.

La commission coopération exprime, pour sa part, un essoufflement et fait appel aux bonnes volontés.

Du côté de la commission accueil, des efforts ont été faits pour canaliser mieux les nouvelles demandes (entrants à LM, locations de salle, postes nomades) au travers des outils d’inscription, désormais disponibles en ligne.

La commission technique s’est occupée de mener la coordination des artisans pour des chantiers dont LM n’a ni la compétence ni le pouvoir de décision.

La commission relations institutionnelles se félicite de la dynamique des échanges avec les collectivités territoriales, dont le regard sur LM a beaucoup évolué.

Enfin, la commission juridique s’attelle à la réalisation du document unique de sécurité.

Une conclusion ouverte

Au final, un beau dynamisme des commissions en 2015, mais dont le fonctionnement suscite deux interrogations de fond : la rotation au sein des commissions au-delà du renouvellement des membres et la spécialisation, avec le temps, des personnes, qui comporte un risque de fragilisation de la structure en cas de départ. Le mode projet, à l’inverse, peut s’avérer très efficace, car la demande en investissement est ponctuelle et fléchée.

La redéfinition du projet associatif en cours amène à conclure que c’est la dernière fois que le rapport d’activités est présenté en trois axes (mutualisation, coopération, mutualisation). Présentation du rapport d’activités 2015 et de ses annexes.

Les projets du volet animation

Emmanuelle Jouas, la chargée de développement de LM, a ensuite présenté les différentes actions développés par le volet animation, dont seuls les intitulés seront cités ici, car elles font l’objet d’un article à part (« Ouvrir, démontrer et accompagner ») : Coding goûters, Goûters découverte, Jeun’Ess d’Or, animation de la plateforme Rhône Solidaire, dispositif en partenariat avec Ronalpia, Coworking Tour…

Au travers de cette année d’activités menées en partenariat, LM a acquis une reconnaissance auprès des partenaires institutionnels et cherche son articulation avec les différents acteurs privés. LM a besoin d’une mobilisation plus importante pour que les missions réflexion/stratégie et mise en œuvre opérationnelle soient pleinement exercées. Un chantier « besoin et suivi en ressources humaines » est aujourd’hui lancé, afin d’être en mesure de déterminer la réponse à apporter à la montée en puissance du volet animation de LM, réelle et souhaitée.

29 : le chiffre d’or ?

Avec un compte de résultats positif et une rationalisation des budgets menée par Alice, les documents financiers sont approuvés à l’unanimité. La matinée se termine par l’élection des nouveaux membres du conseil d’administration. En dehors des 19 résidents membres de droit, 3 membres usagers et 7 membres sympathisants sont élus, pour un total de 29 administrateurs.

DSC_7940

Remue-méninges et projections vers l’avenir

Après un repas, pendant lequel chacun était invité à écrire un haïku de quatre lignes sur LM, dont le gagnant est présenté en exergue de l’article, les ateliers de réflexion se sont déroulés en deux temps autour de deux questions, déclinées en deux nouvelles propositions, dont on vous livre le contenu ci-dessous. Les réponses sont le fruit d’une synthèse :

Question n° 1 : Si Locaux Motiv’ n’existait pas, que manquerait-il, pour soi et pour le monde ?

– [Il manquerait pour moi] « un environnement de travail convivial, solidaire, dans lequel se partagent des idées, des énergies, du sens collectif et de l’enrichissement mutuel ».

– [Il manquerait pour le monde] « une preuve qu’un modèle alternatif porteur d’une âme collective et citoyenne est possible ».

Question n° 2 : Dans deux ans, que veut-on que soit Locaux Motiv’, dans son fonctionnement entre les adhérents et dans les relations avec l’extérieur ?

  • Structurer le lieu en deux axes bien identifiés : espace de coworking et tiers-lieu, facilitateur de projets et pôle de ressources et d’accompagnement d’initiatives qui agissent dans le sens de la transition sociétale ;
  • Professionnaliser la ressource humaine afin que l’investissement bénévole consacré à l’autogestion du lieu se réoriente vers des projets plus stimulants ;
  • Redéfinir les rapports avec les institutionnels par un passage en coopérative ou en société coopérative à intérêt collectif (scic), statuts permettant de les associer différemment, tout en favorisant l’autonomie financière et politique par une diversification de l’offre de services et de formation par les membres adhérents ;
  • Essaimer le projet, afin que LM, relais bien identifié de l’ESS, développe de manière décentralisée son modèle dans d’autres lieux plus thématiques (artistiques, créatifs…).
Photos Creative Commons CC BY-SA : Bertrand Paris 
Posted in Nouvelles diverses, Vie associative, Vie des membres and tagged , .