Atelier vidéo Jeun’ESS d’Or (Mars 2017)

La vidéo

Atelier JeunESS d’or – Mars 2017 from Service Compris on Vimeo.

Le making of

Du 06 au 10 Mars 2017 quelques membres de la Garantie Jeunes (7 membres : Anthony, Bénédicte,  Dounia, Fayçal, Malek, Marwa, et Sébastien) et moi avons participé à l’atelier Court Métrage proposé par Locaux Motiv. Cet atelier consistait, à l’aide de professionnels de la production vidéo (Antoine et Jérémy) à nous faire produire un court métrage inspiré par nos propres idées mises en commun.

Les deux premiers jours,  à l’aide de quelques films projetés, les animateurs nous ont appris les différentes manières de filmer, les caractéristiques des films (ce que l’on retrouve dans les différents types de films). Enfin, chacun de nous a essayé de proposer un thème de films et un scénario possible. Il faut dire que ce n’était pas facile car tous les participants ne donnaient pas leurs idées. Nous avons donc suivi le thème des animateurs qui était basé sur les élections en France car en plus d’être un sujet d’actualité, certains participants n’avaient aucune information à ce sujet. Valait mieux leur apprendre quelque chose de nouveau. Non ? Je pense que Oui.  Suite à ça, nous nous sommes maintenant concentrés sur le scénario ; Nous avons choisi de discuter autour de Marine Lepen vu que sa candidature fait plus de malheureux que d’heureux.

Notre scénario racontait que « Mareine Lapine » (surnom donné à Marine Lepen)  avait volé une orange au marché de Jean Macé ; sur le stand de Mr Hazouz et qu’elle fut arrêté par la police. Un journaliste va sur place et donne la parole aux passants pour qu’ils témoignent des faits et donnent leurs impressions à ce sujet. De nombreux essais de cette scène  ont été faits en salle. Ils en ont profité pour nous apprendre comment fonctionne la caméra, à la tenir afin de faire des plans de vue ; ils nous ont aussi appris à tenir le micro. Chacun de nous a fait au moins un essai de prise de vue avec la caméra. A la fin des essais, nous prévîmes le tournage pour le lendemain.

Le lendemain nous  sommes allés au marché de Jean Macé pour le tournage de notre première partie.  Il eut des absents et pas des moindres ; le témoin de la scène du vol.  Il fut donc remplacé par un autre participant. Nous avons pu aussi donner la parole aux passants et recueillir leurs réactions au sujet de Marine Lepen. La scène fut enregistrée par Anthony qui avait appris à utiliser la caméra. Puis nous sommes rentrés à Locaux Motiv où tout l’après midi nous avons réfléchi à notre deuxième scène. Elle se passera dans un bar avec trois participants : deux opposants farouches à Mareine Lapine et un partisan de Mareine.  Nous avons répété cette scène plusieurs fois pour qu’elle soit bien dans nos têtes. Les animateurs ont profité de ce moment pour nous apprendre à manier la perche ; celle-ci permet de son quand on ne peut utiliser le micro. Après quelques essais réalisés en salle nous avons prévu le tournage pour le lendemain.

C’est le jour du tournage de la seconde partie. Nous sommes tous présents à l’heure et sommes partis au bar (Le Court Circuit) comme prévu pour tourner. C’était génial. On aurait vraiment cru des acteurs.  Nous avions bien joués nos rôles  et avons pris trois plans de scènes. Puis nous sommes rentrés à Locaux Motiv où nous avons réfléchi à comment poursuivre notre projet. Nous avons décidé de faire une scène de manifestation et une autre scène sue un plateau télévisé où un journaliste fait passer l’information d’une manifestation en cours contre Mareine Lapine.  Ces deux dernières scènes on été tournées dans la foulée de cette journée. La scène du journaliste qui lance l’alerte a été tournée par nous-mêmes. Nous tenions la caméra ; le journaliste avait un micro en main. Dans la seconde scène,  nous avons juste utilisé un micro afin d’enregistrer les bruits de foule.

Le lendemain, dernier jour de l’atelier, nous avons, participé au montage de la vidéo et du son avec les animateurs. Ils nous ont montré comment découper et faire des retouches vidéo et sonores. Comment cette journée s’est elle déroulée ? Les animateurs ont faits de groupes de 4 personnes. Le premier constitué de Dounia, Fayçal, Malek et Anthony avec Jérémy ; et le second constitué de Marwa, Sébastien, Bénédicte et moi avec Antoine. Dans mon groupe, le travail était d’utiliser les différentes prises de la deuxième scène (dans le bar) afin d’en faire une vidéo qui avait l’air réaliste.  En utilisant l’application Adobe Premiere Pro, Antoine nous a appris à découper un morceau de vidéo et à l’assembler a un autre morceau ; il nous a appris à mettre de la luminosité sur une vidéo tropp sombre ; il nous a aussi appris à découper du son et à l’insérer ailleurs. Sur une autre scène, il nous a montré comment détouré une image et le placer sur un plan mais nous n’avons pas pu suivre avec attention car il était l’heure de la pause. Le soir venu nous avons tous ensemble regardé ce que chaque groupe a produit nous puis nous avons pu présenter ce qui a été fait (notre création) à quelques membres de Locaux Motiv qui nous ont félicité de notre travail.

Le rêve Emericain…

Émeric Agboton a 21 ans et vient du Bénin. Après un bac + 2 en commerce international, il choisit de venir en France pour poursuivre des études en informatique, mais il n’est pas retenu dans les formations lyonnaises où il avait postulé. Alors, à son arrivée il y a cinq mois, il s’inscrit à la Mission locale pour construire son projet différemment.
e-agboton2La Mission locale l’intègre dans le programme « nouveau départ », d’une durée de un mois, qui doit ensuite déboucher sur le programme « garantie jeunes ». Mené en partenariat avec Locaux Motiv’ (LM) et les Cités d’or dans le dispositif intitulé Jeun’ESS d’or, le programme « nouveau départ » consiste, pour les jeunes, à suivre des ateliers « avec des professionnels de divers horizons pour découvrir des métiers et apprendre sur soi-même », explique Émeric.
Emeric l’a donc suivi pendant le mois de septembre, participant aux ateliers organisés par Mobiped ou La Bricolerie, notamment. Une première approche de Locaux Motiv’. Puis Locaux Motiv’ lui a proposé de faire un service civique pour LM en étant spécifiquement rattaché aux projets développés par LM, ce qu’il a accepté sans hésiter, même si cela lui fait faire un crochet par rapport à son projet initial.
Au sein du dispositif, Emeric est chargé du suivi du projet en collectant des informations, aussi bien descriptives qu’analytiques. « Je dois donner aussi mon point de vue sur le déroulement des journées », raconte-t-il. « Je suis également un relais pour les jeunes auprès de Jeun’Ess d’or. Je fais aussi l’accueil avec le café. » A la fin, il préparera un bilan pour les financeurs.
Commencé en octobre, son service civique durera jusqu’en août. Jusqu’en décembre, il observera quatre « nouveaux départs », puis, en janvier, il changera de dispositif. Après une formation en informatique – on y revient – il participera aux Coding goûters.
Si Émeric a choisi Lyon parce qu’il a de la famille, il se sent tout de même un peu seul. Il est content qu’une rencontre soit prévue prochainement entre les jeunes en service civique à LM, à l’Afev et à Mozaïc RH.

On tourne à Jeun’ESS d’or

Dans le cadre de la programmation des ateliers Jeun’ESS d’or, quatre jeunes ont participé dans les murs de locaux Motiv’ (LM), du 29 février au 4 mars dernier, à une initiation à la vidéo, animée par l’association Service compris, adhérente à LM.

JeunESS cine JJB 2

A ces jeunes, qui rencontrent de nombreux obstacles face à l’emploi – absence de diplôme et de formation, origines –, il a été proposé « une lettre filmée » : mettre en scène un entretien d’embauche, en tournant en dérision tout ce qu’on peut demander aux jeunes d’aujourd’hui. Résultat : on assiste à l’échange entre le recruteur, le patron de la boulangerie Sandwichinho, qui attend tout du candidat : des diplômes à revendre, de l’expérience professionnelle, des horaires hyperfractionnés et un salaire au smic, et un jeune qui est en mesure de dire oui à tout (master coupage de pain, BTS sauce…).

JeunESS cine JJB

L’expérience s’est montrée très enrichissante pour ces quatre jeunes, immergés pour une semaine au sein de LM, partageant l’environnement et les repas. Côté atelier, ils ont coécrit le scénario, se sont répartis en deux équipes de deux – une à la caméra et au son et l’autre au jeu d’acteur – et ont à nouveau en commun fait le montage du film et son making-off, qu’on peut voir à la suite du film.

Le dispositif Jeun’ESS d’or est le fruit d’un partenariat entre Locaux Motiv’, les Cités d’or et la Mission locale. Les jeunes ont pu présenté leur réalisation devant les partenaires et exprimé leurs retours d’expérience. A refaire !!!

Vous pouvez regarder le film en cliquant sur le lien suivant : Sandwichinho

crédits photos : Jean-Jacques Bernard

Cites dor logo        AGR2       Un monde par tous        DDCS      Impression