Sylvie Bouko (CréaMigra), permettre à chacun.e de jouer son rôle dans la société

Franco-Belge, Sylvie Bouko est une grande voyageuse. Pendant quatorze ans, elle a travaillé dans plus de 25 pays, dans l’humanitaire, sur la réduction des risques liés aux armes, les initiatives de paix et de transformation sociale.

Après avoir passé cinq ans en Afrique, elle revient chez elle en 2009 et travaille sur les questions de l’interculturalité et du dialogue dans les écoles et les quartiers. « J’ai été heurtée par l’attitude de mes concitoyens envers les demandeurs d’asile et les réfugiés », pose Sylvie, comme le tournant dans sa vie qui l’a amenée jusqu’à aujourd’hui. Sept ans plus tard, elle quitte l’humanitaire et se met à son compte pour développer son propre projet autour de la question de l’accueil et de l’intégration des migrants.

En septembre 2016 naît Hopopila, entreprise sociale de consultance sur les initiatives de transformation de conflits. La consultance, toujours dans l’humanitaire, la fait vivre, mais son projet de cœur, c’est CréaMigra.

CréaMigra sur scène

CréaMigra, c’est « permettre la mise en lien directe des populations migrante et accueillante… par des actions de médiation socioculturelle pour tomber les préjugés, rompre l’isolement, lutter contre la stigmatisation et la discrimination ». La vision de CréaMigra est « une société solidaire où chacun.e se sent intégré.e, en sécurité et acteur/trice de la vie sociale. Où chacun.e partage un ensemble de valeurs et de règles de vie qui respectent et valorisent la diversité des origines et des cultures ». L’impact social visé est l’intégration socioculturelle des migrants et le renforcement de la cohésion sociale.

Selon Sylvie, les objectifs sont de « modifier les pratiques sociales, contribuer à l’éducation et bousculer les politiques ». Pour cela CréaMigra utilise la scène, le théâtre… « C’est comme une catharsis, dans laquelle les gens partagent des valeurs, apprennent la langue, abordent leur compréhension des différentes cultures et font l’expérience d’échanges réciproques. Le théâtre ne se limite plus à un lieu de représentation, il devient un lieu de transformation personnelle et sociale. »

Une référen(c)e à Locaux Motiv’

Sylvie est très soutenue dans le développement de son projet par Locaux Motiv’, où elle est arrivée comme nomade en 2016. Adhérente depuis deux ans, elle avait besoin d’un ancrage territorial et français. CréaMigra vient de passer avec succès la dernière étape d’un processus de sélection qui a duré trois mois et est aujourd’hui incubé par Ronalpia. « Je suis dans un apprentissage permanent des rouages sociaux et administratifs français, de l’ESS ainsi que de l’entrepreneuriat, et Locaux Motiv’ et Ronalpia sont de précieux alliés. »

Comme « l’autogestion ne se fait pas seule », Sylvie s’implique à Locaux Motiv’. Elle est deux fois référente, de la commission coopération et des JeudiWe. « J’ai découvert plein d’acteurs via la comcoop au-delà de Locaux Motiv’. » Bientôt, elle va animer trois ateliers théâtre dans le cadre de Jeun’ESS d’or. « Locaux Motiv’ est un formidable potentiel de développement », se réjouit Sylvie.

Le Flâneur, une dynamique à l’échelle du quartier

Le Flâneur est une auberge de jeunesse qui a vu le jour le 30 octobre 2015 dans les anciens locaux de Notre-Dame-des-Sans-Abris sous l’initiative de trois amis : ils sont aujourd’hui douze salariés, dont cinq associés. Étant une Scop (société coopérative de production), les valeurs de partage et de coopération ont été un véritable choix de fonctionnement. Environ 80 % du travail se concentrent sur l’entretien des locaux, mais chaque employé se voit attribuer une mission spécifique (comptabilité, communication, administration…).

Le projet était de créer une dynamique à l’échelle du quartier, à la fois pour les résidents mais aussi pour les partenaires, sans cesse plus nombreux, dans le quartier de la Guillotière. En effet, le Flâneur ouvre ses portes régulièrement pour divers événements comme des concerts de petits groupes locaux, des projections de films, des expositions, une Amap[1] vient même livrer ses paniers.

Il s’agit de concilier habilement une ouverture sur le quartier grâce aux activités proposées par ces structures et les besoins propres à une auberge de jeunesse. Ainsi, le Flâneur peut mettre à disposition des structures extérieures un petit atelier ou une salle de réunion qui sont accessibles contre échange de services. Ces initiatives peuvent aussi émaner des résidents. Toujours dans l’optique de créer et encourager une dynamique de quartier, le Flâneur travaille à mettre en place une plateforme informatique recensant les points d’intérêts du quartier… affaire à suivre et à encourager !

 

Pour aller plus loin : Facebook du Flâneur Guesthouse

[1] Association pour le maintien de l’agriculture paysanne.

Vous avez des idées, alors réunissez-vous aux Clameurs

Quand on pose son verre ou sa tasse sur le comptoir du bar fédératif Les Clameurs, on est tout de suite mis en présence de la charte du lieu qui annonce tout un programme.

Extraits :  « […] lieu convivial et militant […]. L’association Les Clameurs favorise et soutient les initiatives et actions collectives s’inscrivant dans une démarche de transformation sociale et émancipatrice. […] L’association Les Clameurs est un espace commun qui appartient à ceux qui le font vivre […]. »

Un bar, oui, mais pas simplement

Ainsi l’adhésion individuelle à l’association de 1 € permet de s’approprier ce lieu, en utilisant notamment la bibliothèque et les salles. L’équipe, Emmanuelle, Gilles et Alice, explique que « Les Clameurs ont été créés pour des gens qui ont des idées et qui ont envie de se réunir ».

Les Clameurs s’adressent en effet aux collectifs en devenir ou pas. Emmanuelle prend l’exemple de Nuit debout, collectif improvisé, qui n’avait pas les moyens de prendre une location et qui avait le besoin de se réunir dans un bar. L’adhésion individuelle est le garant de cette spontanéité.

La mise à disposition gratuite de salles ne met pas financièrement le projet en péril, car son assise financière repose sur son activité commerciale : le bar et la restauration de produits locaux de qualité.

Un espace pensé pour que les gens se rencontrent

 Les racines des Clameurs sont profondes et très étendues. « On voulait ouvrir un lieu social, entre la maison et le travail, un lieu de vie où l’on puisse boire un coup, manger, bouquiner, échanger et débattre.» Cette envie, un peu nostalgique et s’affirmant dans un XXIe siècle post-consumériste, est « la synthèse et l’aboutissement de plein de choses ».

Le bar fédératif trouve son fondement dans l’idée que pour qu’un contenu – une fédération de gens qui se rencontrent sur des intérêts communs – advienne, il faut un contenant qui a été pensé dans ce sens – convivial, bienveillant et où les gens se sentent en sécurité. « On voit que vous avez beaucoup pensé le lieu », s’entendent-ils dire régulièrement. Derrière le bar, ils observent avec joie que « les gens s’autorisent à interpeller leur voisin de table, à écouter l’autre qu’ils ne connaissent pas… »

Cela manquait à Lyon et dans le quartier…

L’autre source d’inspiration, ce sont les initiatives similaires qui existent dans les capitales européennes. Emmanuelle et Gilles, avant l’ouverture au printemps 2016, se sont promenés, que ce soit à Berlin, Prague, Barcelone, Amsterdam ou Bruxelles, à la recherche d’endroits où « tu peux boire et manger et être aussi militant actif ». Ils en ont vu plein, dans lesquels la configuration de l’espace, très « dedans/dehors », les a inspirés : coins canapé, salon, lieux très aérés, grandes tables collectives, espaces mixtes bar et ateliers, comme à Berlin où l’atelier vélo jouxtait le bar dans une allée d’immeuble.

Dès les travaux de rénovation du local, les habitants du quartier ont montré leur intérêt au projet, en participant à des temps de chantier collectif. Et à l’ouverture, les adhésions se comptaient par trentaine par jour pour atteindre aujourd’hui plus de 1 500 : « Beaucoup d’artistes, du cinéma, de la musique, de militants en groupes organisés ou en cours » qui proviennent essentiellement du quartier et même des quelques rues voisines. Le bouche-à-oreille, cependant, permet que cette mise en lien des personnes arrive jusqu’à nous !

Pour en savoir plus : page Facebook, Bar fédératif, Les Clameurs

Auto-portrait de Julie Douglas, en service civique à EgaliGone

Je m’appelle Julie Douglas et suis originaire de Dublin en Irlande. J’habite en France depuis quatre ans ; j’y ai fait des études de français et decommerce et ai travaillé une année comme assistante d’anglais à Lille et une année à Nantes en tant que formatrice d’anglais. Je viens de terminer un master en ingénierie de projets en économie sociale et solidaire à Strasbourg, qui nous a amené.e.s à aller à la rencontre de nombreux projets innovants en France et en Europe. En outre, j’apprécie le yoga, la course à pied, danser le rock et lindy hop et chanter.

En 2017, je suis enchantée de rejoindre l’équipe très chaleureuse et travailleuse de l’institut EgaliGone en service civique ! J’ai eu la chance d’intégrer cette mission puisque c’est une thématique qui me paraît primordiale pour tous et toutes dans la pratique pédagogique des enfants et des futur.e.s femmes et hommes. J’estime que le travail sur les mentalités mené par EgaliGone constitue un vrai défi avec la montée actuelle du conservatisme. Avoir de l’empathie envers l’autre, être à l’écoute et avoir de la patience me semblent être essentiels pour favoriser de bonnes conditions de changement.

Pendant ma mission, je contribue au développement et à l’animation d’un réseau d’intervenant.e.s sur la thématique de l’égalité filles-garçons afin de faciliter leur rencontre et l’échange de bonnes pratiques relatives à leur posture professionnelle. De manière plus globale et continue, je repère des pratiques éducatives égalitaires chez nos publics (veille numérique/entretiens), en particulier des modalités d’intervention auprès de la jeunesse (fiches pédagogiques…), afin de les partager sur notre site Internet. Au niveau personnel, je m’efforce de proposer la mise en place d’actions de développement et de communication auprès de nos publics et de nos membres. De plus, je souhaite me former dans la sensibilisation des professionnel.le.s aux études de genre.

Je trouve que le projet de Locaux Motiv’ est très captivant et unique parmi le maillon d’acteurs de l’économie sociale et solidaire en France. La mutualisation des moyens humains, physiques et intellectuels est avant-garde et pertinent. Lors de ma première visite à Locaux Motiv’, j’ai été impressionnée par son aspect aéré et lumineux. C’est effectivement la cerise sur le gâteau que tous et toutes les résident.e.s sont souriant.e.s, positif.ve.s et ouvert.e.s au partage. Après deux mois j’estime que Locaux Motiv’ est un véritable « hub », une sorte de jardin partagé où idées et nouvelles amitiés y sont cultivées, où il y reste toujours un fond de café pour ceux et celles qui sont presque au bout, et là où il y a des oiseaux qui t’accompagnent lorsque on prépare un plat à la cuisine. En résumé, la coopération et la co-construction sont des valeurs fleurissantes dans ce tiers-lieu !

Pour en savoir plus : le site de l’institut EgaliGone

Du 15 au 17 juillet 2016, tous debout sur la place Mazagran !

MGE5 Affiche defPour la cinquième année consécutive, le Maza’Grand Événement investira la place Mazagran et ses environs pendant trois jours. Avec l’appui et la participation de nombreux acteurs locaux (Locaux Motiv’, le ZEM, l’Autre CôTé de la Rue, Brin d’Guill’, la Boulangerie du Prado, Trollune, Arts en scène, La Gryffe, Artis…). La 5e édition du festival d’été de la Guillotière se fera une fois encore l’écho de la vitalité et de la créativité de ce quartier lyonnais pas comme les autres.

Comme chaque année, un large public pourra découvrir et participer gratuitement à tout un éventail d’activités : entendre lire des contes ou des poèmes au jardin d’Amaranthes, animer sa propre émission de radio diffusée en direct sur la place, apprendre à récupérer et détourner les rebuts du quotidien, déguster des crêpes bretonnes ou des pâtisseries du Kurdistan, s’initier à toutes sortes de jeux bizarres, assister à un spectacle de danse contemporaine, découvrir une sélection de court-métrages d’animation, discuter des enjeux politiques du temps autour d’un café, vibrer aux sons de formations musicales petites et grandes, s’intéresser aux productions d’artisans, d’artistes et d’éditeurs du quartier…

Et en soirée, improviser une mazurka, une boulangère ou un fandango aux rythmes du bal folk, s’agiter sur des riffs de guitare ou des accords manouches, ou s’alanguir à la nuit tombée devant un road movie documentaire ébouriffant.

Cet été encore, c’est au Maza’Grand Événement que ça se passe !

Le rendez-vous en amont du festival :
– Apéro découverte à Locaux Motiv’ le mercredi 06/07 (voir agenda)

Contact presse : Pierre Sauze / 06 51 17 20 36

Retour sur le festival le Temps des communs

2015 a vu la seconde édition du festival le Temps des communs à Lyon. Festival international, organisé par le réseau francophone des communs du 5 au 18 octobre dernier, cette manifestation avait pour objectif de donner à voir et à comprendre « les communs ». Cette notion désigne généralement l’activité de collectifs qui s’organisent pour protéger, partager et réguler des ressources matérielles (jardin partagé, foncier solidaire, habitat participatif, tiers lieux citoyens, etc.) ou immatérielles (données, cartographies ou sciences ouvertes, logiciels libres, énergie autogérée, etc.). Au total, une quarantaine d’événement ont été organisés à Lyon et 70 en Rhône-Alpes.

Communs

A l’origine de ce réseau, des représentants du monde du numérique libre et du secteur associatif francophone, des personnes ayant participé à des forums sociaux mondiaux, des chercheurs, qui se réunissent de manière informelle à Paris en 2012 et qui sont mués par le désir de faire vivre la société des communs. Cette notion, mise également en avant par Framasoft dans le numérique (voir Notre vie numérique nous appartient-elle ?), remonte au Moyen Age et désignait les pâturages ou les terres agricoles loués à titre gracieux aux paysans pour que leur exploitation et leur utilisation en soient partagées. Primaient alors l’usage et la gestion collaborative de la ressource (en l’occurrence la terre) sur son appropriation exclusive. Mais, au XVIIe-XVIIIe, il y a eu la « tragédie des communs » avec la privatisation des terres, puis progressivement d’autres ressources comme l’eau ou la connaissance.

Communs2

Notion politique par excellence, les communs mettent en jeu la démocratie participative et l’engagement de chacun dans des décisions qui concernent l’avenir de tous. Lyon n’est pas la seule ville qui a investi les communs. A Barcelone, la ville est gérée sur ce principe, à Toulouse, on s’apprête aujourd’hui à mettre en place une assemblée des communs, à Brest, c’est la Mairie qui développe les initiatives et, à Montpellier, une Maison des communs le temps d’un week-end a vu le jour… A Lyon, l’heure est au bilan. Le souhait est de faire perdurer la dynamique initiée par le festival et de mobiliser les forces en présence, qui sont les idées de demain !

 

En savoir plus : le site du festival http://tempsdescommuns.org ; http://lyon.tempsdescommuns.org

Offre de rentrée sur les espaces nomades !

Vous qui êtes indépendant-e, qui allez reprendre votre activité à un rythme effréné et qui vous rendez compte, au retour des vacances, que travailler chez soi, ce n’est vraiment pas possible…

Locaux Motiv’ pense à vous !

Pour fêter la rentrée dignement, nous vous proposons de profiter des espaces partagés et conviviaux de Locaux Motiv’ grâce à une offre spéciale :
pendant 3 mois, votre poste nomade est à seulement 70€HT/mois* (au lieu du prix habituel de 80€HT/mois) !

L’occasion de découvrir cette offre pratique et pas chère pour se lancer dans l’aventure du coworking, et en découvrir tous les bénéfices. Il vous suffit d’adhérer à l’association (25€/an, toute la procédure est détaillée ici) pour profiter de ces premiers mois à prix d’essai. Et c’est sans engagement ! Vous êtes libres de partir quand vous voulez (chaque mois est simplement dû en entier à partir du moment où il est entamé à un moment ou un autre).

Venez nous rencontrer lors de l’apéro-découverte de rentrée, ou bien écrivez-nous à coworking(at)locauxmotiv.fr pour avoir plus d’infos !

*Offre valable pour les mois de septembre, octobre et novembre 2015, soumise à adhésion et l’acceptation de votre dossier (rassurez-vous, il est léger, le dossier !) par la commission d’accueil.

Retour sur l’assemblée générale de Locaux Motiv’

Environ 40 personnes – résidents, usagers ou sympathisants adhérents – ont participé à l’assemblée générale (AG) de Locaux Motiv’ (LM), qui s’est déroulée toute la journée du samedi 7 mars 2015.

P1100487La matinée a été consacrée à la partie statutaire (rapports moral et d’activité, bilan 2014 et perspectives 2015, avec approbation du budget prévisionnel 2015, et vote des membres du conseil d’administration). Après trois ans d’activité, que LM a fêtés en novembre 2014, l’association doit faire face à de nouvelles contraintes financières (hausse du loyer et acquittement de la cotisation foncière des entreprises), qui l’obligent à revoir le modèle économique de ce « tiers lieu », autogéré par 24 structures résidentes qui accueillent dans leurs locaux des usagers et des travailleurs nomades.

Un engagement fort pour l’avenir

Fruit du travail d’un groupe de personnes volontaires qui s’est constitué pour réfléchir et faire des propositions sur la manière dont LM peut faire face à ces évolutions budgétaires à la hausse, un scénario quadricéphale a été présenté, avant l’approbation du budget prévisionnel 2015. Destiné à augmenter les recettes, notamment par l’accroissement de l’activité de location de salles et de commercialisation de forfaits nomades, ce scénario permet à la fois de combler les charges à venir et de générer de nouvelles recettes pour aménager les locaux et rendre ainsi possible cette augmentation de l’activité. La traduction comptable de cette montée en charge de LM a été approuvée à l’unanimité.

La composition du conseil d’administration (CA) a été ensuite mise au vote. Outre les 24 résidents membres de droit, 1 candidature d’une structure usagère (Chantier collectif) et 10 candidatures de sympathisants sont entérinées.

P1100499

Après un repas partagé et convivial, l’AG s’est poursuivie par des ateliers dans lesquels trois questions ont été posées, chacune relevant de trois thèmes différents concernant LM. Ont ainsi été abordées la thématique sémantique : « Quel vocabulaire utilise-t-on pour parler à Locaux Motiv’ et de Locaux Motiv’? », la thématique prospective : « Une invitation au rêve sur l’association et le lieu qu’on aimerait « , enfin, la thématique perspective commune : « Quel est le projet partagé qui cimente LM ? ».

Des graines de projet à faire germerP1100507

La question du vocabulaire employé à LM et pour parler de LM a fait couler beaucoup d’encre. Elle revient à s’interroger sur la manière de parler de quelque chose de nouveau et de mouvant. Ont fait l’objet de brainstorming : le nom des salles, le mot « commission », le nom de la commission nouveaux entrants – seul le changement de ce dernier en commission accueil a été acté. Le reste fera l’objet d’un vote en CA.

P1100508Il s’agissait aussi de recueillir des suggestions pour la phrase d’accroche destinée à décrire LM en quatre mots et le « petit » discours de 30 secondes qui reprendrait l’essence du projet de LM. Certains mots-clés sont sortis : autogestion, territoriale, ESS, collaborative, tiers lieu, Guillotière, qui ont fait l’objet de débats sur leur pertinence. Ces deux projets seront remis sur l’ouvrage lors de futurs CA, faute de résultats satisfaisants.

Dans le second atelier, où l’imagination était au pouvoir, il a été souhaité que LM propose plus d’agréments (qui allaient de la douche au traiteur), de convivialité (un jeu de fléchette ou la licence 4) et de services (une bibliothèque ou un pôle ressources). Autant de beaux projets qui feront ou ne feront pas leur chemin.

Enfin la recherche de caractérisation du projet commun a fait émerger des pistes à explorer (mixité, convivialité, visibilité), des questions de sens commun (consensus sur la contribution territoriale, mais de quel ordre : essaimage, accompagnement, documentation ?) et un constat pragmatique : la présence active sur le territoire implique des ressources supplémentaires, humaines, financières, etc.

Chacun a pu repartir de cette AG avec des graines de projet à faire germer. La réflexion commune se poursuit donc, dans un objectif de professionnalisation toujours plus importante, afin que la contribution bénévole de chacun à l’autogestion de LM s’inscrive dans une dynamique enrichissante pour les uns et les autres et au service du projet politique de LM (l’animation du quartier). Un défi à la hauteur de la création d’un nouveau groupe de travail. C’est chose faite. On attend avec impatience ses propositions.