Portrait de Marina Gaget

Marina Gaget, 34 ans, est la Nouvelle venue à Locaux Motiv ‘ en tant que nomade.

 

Après ses études de Sciences Politiques  à Grenoble, Marina a fait un Master en Communication Publique à Paris puis a travaillé dans une agence spécialisée dans la concertation sur des projets urbains. Après quelques années d’activité, elle a choisi de reprendre ses études et a obtenu un Master en Urbanisme à Paris. Elle a ensuite été recrutée par Une Fabrique de la Ville il y a 7 ans maintenant.

 

Cette société a été créée pour accompagner et conseiller les collectivités (villes, agglomérations, métropoles…) et les sociétés d’aménagement (SEM, SPL) dans le montage et les stratégies opérationnelles des projets urbains.

 

Devenue associée dans cette structure basée à Paris, Marina souhaite créer une antenne locale (Sud Est de France) d’Une Fabrique de la Ville, d’où son installation à Lyon.

 

Que penses-tu de Locaux Motiv ?

Locaux Motiv’ est un lieu où l’on retrouve diverses professions, dont plusieurs structures travaillant en lien avec le quartier.  Il donne l’impression d’un lieu très ouvert, riche et convivial. << J’ai hâte de découvrir les personnes et les activités qui donnent vie à ce lieu  et l’organisation autogérée de Locaux Motiv. >>

 

Nous lui souhaitons une excellente extension et une réussite de ses activités au sein de Locaux Motiv.

 

Portrait de nomade : Magali ou l’appel de la forêt

Magali Rossi est chargée de mission Forêt et développement régional au sein de l’organisation de certification FSC France (Forest Stewardship Council). Heureuse coïncidence, alors que se profile le mois de l’arbre et des forêts, en mai prochain…

Au départ, Magali envisageait de devenir journaliste scientifique avec pour envie de « vulgariser des sujets liés à l’environnement ». C’est finalement son attrait pour « l’ambiance et la biodiversité » de l’univers forestier qui la mène à s’orienter vers une école d’ingénieur forestier. Diplômée de l’École des Eaux et Forêts de Nancy, et après une spécialisation tropicale à Montpellier, Magali part tout d’abord en stage au Cameroun, puis travailler pour l’Office national des forêts (ONF) en Guadeloupe.

C’est ensuite à Marseille qu’elle s’installe et rejoint l’organisation de protection de la nature WWF (World Wide Fund for Nature), où elle s’intéresse aux forêts méditerranéennes, avant de repartir, direction la Nouvelle-Calédonie, participer à un programme de préservation des palmiers et conifères endémiques de l’archipel. C’est en janvier que Magali a choisi d’établir son bureau à Locaux Motiv’ depuis lequel elle accompagne dans leur démarche de certification les propriétaires ou les gestionnaires de forêts, et les entreprises de transformation du bois. Résidente du 7e arrondissement, elle a trouvé à Locaux Motiv’ un milieu convivial et favorable à son activité.

Sylvie Bouko (CréaMigra), permettre à chacun.e de jouer son rôle dans la société

Franco-Belge, Sylvie Bouko est une grande voyageuse. Pendant quatorze ans, elle a travaillé dans plus de 25 pays, dans l’humanitaire, sur la réduction des risques liés aux armes, les initiatives de paix et de transformation sociale.

Après avoir passé cinq ans en Afrique, elle revient chez elle en 2009 et travaille sur les questions de l’interculturalité et du dialogue dans les écoles et les quartiers. « J’ai été heurtée par l’attitude de mes concitoyens envers les demandeurs d’asile et les réfugiés », pose Sylvie, comme le tournant dans sa vie qui l’a amenée jusqu’à aujourd’hui. Sept ans plus tard, elle quitte l’humanitaire et se met à son compte pour développer son propre projet autour de la question de l’accueil et de l’intégration des migrants.

En septembre 2016 naît Hopopila, entreprise sociale de consultance sur les initiatives de transformation de conflits. La consultance, toujours dans l’humanitaire, la fait vivre, mais son projet de cœur, c’est CréaMigra.

CréaMigra sur scène

CréaMigra, c’est « permettre la mise en lien directe des populations migrante et accueillante… par des actions de médiation socioculturelle pour tomber les préjugés, rompre l’isolement, lutter contre la stigmatisation et la discrimination ». La vision de CréaMigra est « une société solidaire où chacun.e se sent intégré.e, en sécurité et acteur/trice de la vie sociale. Où chacun.e partage un ensemble de valeurs et de règles de vie qui respectent et valorisent la diversité des origines et des cultures ». L’impact social visé est l’intégration socioculturelle des migrants et le renforcement de la cohésion sociale.

Selon Sylvie, les objectifs sont de « modifier les pratiques sociales, contribuer à l’éducation et bousculer les politiques ». Pour cela CréaMigra utilise la scène, le théâtre… « C’est comme une catharsis, dans laquelle les gens partagent des valeurs, apprennent la langue, abordent leur compréhension des différentes cultures et font l’expérience d’échanges réciproques. Le théâtre ne se limite plus à un lieu de représentation, il devient un lieu de transformation personnelle et sociale. »

Une référen(c)e à Locaux Motiv’

Sylvie est très soutenue dans le développement de son projet par Locaux Motiv’, où elle est arrivée comme nomade en 2016. Adhérente depuis deux ans, elle avait besoin d’un ancrage territorial et français. CréaMigra vient de passer avec succès la dernière étape d’un processus de sélection qui a duré trois mois et est aujourd’hui incubé par Ronalpia. « Je suis dans un apprentissage permanent des rouages sociaux et administratifs français, de l’ESS ainsi que de l’entrepreneuriat, et Locaux Motiv’ et Ronalpia sont de précieux alliés. »

Comme « l’autogestion ne se fait pas seule », Sylvie s’implique à Locaux Motiv’. Elle est deux fois référente, de la commission coopération et des JeudiWe. « J’ai découvert plein d’acteurs via la comcoop au-delà de Locaux Motiv’. » Bientôt, elle va animer trois ateliers théâtre dans le cadre de Jeun’ESS d’or. « Locaux Motiv’ est un formidable potentiel de développement », se réjouit Sylvie.

Mediacités Lyon en couveuse à Locaux Motiv’

par Nicolas Barriquand – cofondateur de Mediacités

Pas le dernier arrivé parmi les nomades, mais presque : depuis novembre, je pianote sur mon ordinateur au rez-de-chaussée de Locaux Motiv’. Mais pour quoi faire ? Journaliste depuis huit ans (j’ai pigé pour L’Express, Libération, Le Temps, Mediapart et d’autres…), je prépare l’arrivée à Lyon d’un nouveau média.

Quoi, encore un ?! Comme s’il n’y en avait pas assez ?

C’est juste ! Et pourtant, Mediacités, c’est son petit nom, sera utile. Je vous invite à lire notre manifeste.

Rembobinons… Avec six acolytes, journalistes pour la plupart, nous avons dressé un double constat :

1/ « Presse nationale » signifie presque toujours « presse parisienne » ;

2/ La presse locale, à quelques exceptions près, goûte peu à l’investigation.

graveline

Mediacités sera un journal en ligne d’investigation et de décryptage multi-villes. Ni national ni local, mais les deux à la fois. Un journal indépendant : ni Niel ou Drahi en coulisses, ni publicité en vitrine. Vivrons-nous de belles infos et d’eau fraîche ? Non, nous vivrons grâce à nos lecteurs. C’est plus logique, non ? A l’image de Mediapart qui a ouvert la brèche, nous faisons le pari de l’abonnement, un moyen de redonner de la valeur à l’information. Nous faisons aussi le pari de la rareté. Mediacités ne court pas après l’actu. La promesse : une enquête, parfois deux, par semaine, et c’est tout. Mais des enquêtes inédites, exclusives, archi-fouillées, dans tous les domaines. Mediacités fait enfin le pari de ses lecteurs : les colonnes de notre « Forum » sont ouvertes à des tribunes ou coups de gueule d’associations ou de particuliers qui font vivre leur cité.

Pourquoi écrire soudain au présent ? Car Mediacités existe déjà. Depuis décembre 2016, nous publions à Lille. Pour voir ce que cela donne, c’est par ici : www.mediacites.fr.

Lyon sera notre deuxième déclinaison. Lancement au printemps – je vous redonnerai la date exacte. Suivront, en 2017, Toulouse et Nantes. Puis d’autres.

Si vous voulez en savoir plus, je suis à votre disposition : nbarriquand [at] gmail.com / 06 61 26 59 19.

Nicolas Barriquand

Grégoire Fournier, esprit migrateur

Le terme de « nomade » lui correspond assez bien. Installé depuis octobre dernier à Locaux Motiv’, Grégoire Fournier a en effet eu un parcours plutôt grand voyageur ces dix derniers années. 

Un DUT de journalisme en poche, Grégoire quitte tout d’abord Lyon pour l’Allemagne où il effectue une 3e année. Il arrive ensuite à Paris, le temps d’une licence de LEA (langues étrangères appliquées) en anglais et en espagnol. Puis direction le Brésil où il enseigne le français. Retour en Europe où il s’installe en Espagne et passe deux ans à Madrid à enseigner dans les écoles. Le périple se poursuit avec une nouvelle étape à Paris, lors d’un master en linguistique appliquée aux langues étrangères (FLE) pour se terminer aux Etats-Unis à l’université de Tulane à la Nouvelle-Orléans, tout en enseignant… De retour à Lyon, Grégoire frappe à la porte de l’organisme de formation Safore où il va enseigner le français auprès de migrants et de réfugiés, en particulier des mineurs isolés. Actuellement, il se consacre essentiellement à la rédaction et à la traduction d’articles pour la plateforme d’information sur les droits de l’homme Liberties, tout en prévoyant d’enseigner de nouveau très prochainement. Et s’il a choisi de rejoindre Locaux Motiv’ c’est qu’il y a apprécié le cadre de travail, l’ambiance et la variété des personnes et des activités dans des secteurs qui l’intéressent.

I-Boycott : faire confiance à l’intelligence collective

En juin 2016, l’association I-Boycott ouvre sa plateforme de campagne de boycott sur Internet. Une première. Son objectif : redonner le pouvoir aux consommateurs « démunis face aux multinationales malades de leur emprise par les actionnaires, dont le seul souci est la maximisation de leurs profits », explique Levent Acar, cofondateur d’I-Boycott. Par le biais de ces campagnes lancées au début par l’association elle-même, puis par des associations – la plateforme sera ouverte aux citoyens en janvier 2017 – I-Boycott entend faire de « l’éthique un facteur de risque économique ».

iboycott1

Un boycott encadré

I-Boycott ne veut pas mettre à mal les entreprises pour le plaisir. Elle s’est donnée à la fois un cadre légal et démocratique. « Nous suivons quatre principes incontournables pour que les campagnes soient efficaces et bienveillantes », commente Levent Acar. Toutes les campagnes, pour lesquelles un guide est accessible sur le site, respectent les principes de non-discrimination, non-diffamation, non-dénigrement et non-contrefaçon. De cette manière, un climat de confiance s’instaure pour permettre un dialogue avec l’entreprise. C’est là la spécificité et l’originalité d’I-Boycott : donner la main à l’entreprise pour qu’elle exerce son droit de réponse et pour qu’elle puisse agir en fonction des revendications.

iboycott2

Une joute démocratique

Concrètement comment cela se passe ? Une association X publie sur la plateforme une campagne de boycott à l’encontre d’une entreprise Z, sur un motif bien précis : exemple l’évasion fiscale qu’elle pratique. Les consommateurs boycottant exercent quant à eux leur boycott, toujours en ligne, en affirmant leur désaccord et – autre originalité du projet – en proposant des alternatives. L’entreprise dialogue avec la communauté de consommateurs ainsi constituée, et le processus démocratique aboutit quand, l’entreprise donnant satisfaction à la revendication, la campagne est levée. Au final, conclut Levent Acar, « on découvre de nouvelles alternatives et, par le vote, on crée un label citoyen, gage de qualité et d’éthique ».

Un modèle économique inédit

L’association est fondée sur l’économie du don uniquement ! Après une campagne de crowdfunding lancée sur les réseaux sociaux qui a réuni plus de 500 contributeurs, I-Boycott, actuellement gérée par une vingtaine de bénévoles, table sur le mécénat. Reconnu d’intérêt général, I-Boycott envisage de s’adresser aux entreprises présentées comme des alternatives lors des campagnes de boycott qui sortent gagnantes de l’expression citoyenne.

Et Locaux Motiv’ dans tout ça ?

Levent Acar donne pour première réponse : « C’est un tiers-lieu qui n’est pas arrosé par les fondations de grandes entreprises. » Ingénieur informatique de profession, Levent Acar, après une rupture conventionnelle, fonde avec son frère, l’association I-Boycott. Les deux frères se donnent un an pour pérenniser économiquement leur initiative. Autant, Levent doit encore décider si « la méthodologie du coworking est adaptée à sa situation », autant il se réjouit des rencontres qu’il fait à Locaux Motiv’ depuis qu’il est arrivé début octobre. « Les rencontres sont riches et inattendues, et comme il y a beaucoup d’associations, c’est une vraie immersion dans l’économie sociale et solidaire », conclut Levent Acar.

Pour en savoir plus sur ce projet, retrouvez Levent Acar lors du JeudiWe du 1er décembre prochain, à Locaux Motiv’ ou sur le site I-boycott.org, notamment grâce à la BD I-Boycott !

 

Claire, la danse… avec philosophie !

claireNouvelle adhérente à Locaux Motiv’ en tant que « nomade », Claire mêle la danse à son goût pour la philosophie… Portrait.

Après le bac, Claire choisit d’étudier la philosophie pour s’adonner à son activité préférée : se poser des questions, tout en étant gratifiée d’un diplôme. Après 5 ans à côtoyer l’abstrait, le besoin de se frotter à la réalité l’a amenée à Manille dans l’association Virlanie pour les enfants des rues. De retour en France, elle obtient deux SDI (stages à durée indéterminée), dont l’un à France Culture, pour une émission traitant de droit et de société. Suite à une émission sur la PJJ (protection judiciaire de la jeunesse), elle adresse son CV au directeur d’un foyer pour jeunes en difficulté. Elle y passera 2 ans, comme éducatrice pour la fondation d’Auteuil. Par la suite, rejoignant Lyon, elle devient coordinatrice de l’un des groupes du Défilé de la biennale de la danse. Puis, enfin, auto-entrepreneuse… pour proposer des activités loufoques, avec une grosse touche de philosophie, activités qui lui tiennent terriblement à cœur. Parallèlement à ces activités, elle danse le flamenco depuis 10 ans et fait partie de la compagnie lyonnaise Le compas dans l’œil. Et surtout, elle cherche en permanence des « cobayes » pour les expériences et activités qu’elle propose.

Sylvère Angot, un thésard à Locaux Motiv’ !

sylvèreArrivé à Locaux Motiv’ en début d’année pour se joindre aux « nomades », Sylvère Angot planche actuellement sur sa thèse. Portrait.

Inscrit depuis 3 ans à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, en Sciences politiques et en sociologie, après un master 2 à Lyon 2, Sylvère s’intéresse à l’action publique et à la sociologie du travail.

L’axe de recherche de sa thèse concerne plus spécifiquement la question des réformes liées à la réduction des effectifs de fonctionnaires et à la fusion de services. Question d’actualité, s’il en est !

Sylvère a choisi de concentrer sa réflexion sur deux directions régionales en particulier : celle de la cohésion sociale et celle de l’équipement, de l’aménagement du territoire et du logement, qui dépendent, l’une, du ministère de la cohésion sociale et l’autre, du ministère du développement durable… Deux milieux, bien différents, qui intéressent Sylvère.

Après sa thèse, Sylvère projette d’intégrer un poste de post-doc à l’université puis de devenir maître de conférence. En dehors de la recherche, Sylvère est impliqué dans une association d’éducation populaire basée à Paris, qui se nomme Préfaces (réseau des Crefad), et propose des formations de développement personnel autour de l’esprit critique et de l’action collective.

Ce qui l’a motivé pour un poste nomade à Locaux Motiv’ ? L’envie d’écrire sa thèse dans un environnement propice aux échanges et découvrir le milieu associatif de la Guillotière, car il habite le quartier…

roxane

Roxane Welkamp, un pont entre les cultures

Roxane Welkamp est une jeune femme de 24 ans, née à Kuala Lumpur en Malaisie, qui, après un BTS en commerce international, a fait le choix d’entreprendre un service civique. Ce qu’elle voulait, c’était une mission à l’international, car, ce qu’elle a préféré dans sa formation initiale, c’est « le côté interculturel ». Et puis elle voulait aussi « découvrir le monde associatif ». Alors sur le site service-civique.gouv.fr, elle a trouvé l’annonce qui combinait tous ses désirs : une association, Lyon Haïti partenariats, une mission de communication qui lui permettrait de travailler en lien avec l’étranger et, incidemment, un lien avec son histoire personnelle, « puisque ma mère est née en Guadeloupe et qu’Haïti fait également partie des Antilles ».

Au sein de l’association, fondée en 2011 par une équipe de bénévoles, qui, au travers de conférences et d’expositions-vente, mène des actions d’animation et de sensibilisation à la solidarité et au développement international d’Haïti, Roxane vient en appui à la communication. Elle prépare actuellement une présentation du pays et de ses enjeux à destination des collégiens et des lycéens.

Dépourvue de locaux, l’association, membre usagère de LM, a positionné Roxane en travailleur nomade à LM. « Je suis à Locaux Motiv’ depuis janvier et ça se passe bien, dit Roxane en souriant. En plus de me procurer un lieu de travail, cela me permet d’échanger avec les associations. » En plus, Roxane a fait le choix de s’investir dans la commission communication « pour apprendre à mieux diffuser les informations » et pour devenir également reporter en herbe, puisque, Roxane publiera bientôt un article invitant à mieux découvrir l’association où elle travaille.

Nomade à Locaux Motiv’

Béatrice Weill

Suite de la série, entamée en septembre dernier, pour présenter les membres usagers de Locaux Motiv’, en poste nomade. Nouveau portrait.

Béatrice Weill : formatrice et consultante à Kaléido’Scop

Spécialisée dans les relations européennes et interculturelles, Béatrice a d’abord travaillé dans le secteur associatif sur la mise en œuvre de projets de mobilité internationale pour de jeunes adultes, axés sur le volontariat et la coopération. En 2011, elle intègre la coopérative d’activité et d’emploi Oxalis en tant que formatrice et consultante. Elle rejoint ensuite, en 2013, la coopérative stéphanoise Kaléido’Scop, collectif aux compétences multiples, qui développe une démarche d’animation participative à destination de nombreux acteurs (collectivités, associations, etc). Dans ce cadre, Béatrice a une mission d’accompagnement et de formation. Entrée comme nomade à Locaux Motiv’ depuis peu, Béatrice recherchait un lieu de travail collectif proche de chez elle (elle habite en effet la Guillotière), où elle puisse construire des relations localement et développer son activité.