Portraits de stagiaires à Locaux Motiv’ !

Célia, stagiaire Egaligone

Célia et Sarra sont toutes deux stagiaires au sein de structures résidantes à Locaux Motiv’. Nous sommes parties à leur rencontre !

Célia est stagiaire à EgaliGone dans le cadre du Master 2 « Inégalités et Discriminations » qu’elle effectue à l’Université Lumière Lyon 2. Avant cela, elle a obtenu le diplôme d’Etat de Conseillère en Economie Sociale et Familiale, qui lui a permis de travailler en tant qu’éducatrice spécialisée en MECS (Maison d’Enfants à Caractère Social). Elle a aussi fait un service civique avec le Défenseur des Droits et Unicités, pour intervenir auprès de collégiens sur la question des droits de l’enfant. Célia explique que ce service civique lui a permis de valoriser son parcours et sa personnalité à la fois. Elle en est sortie satisfaite et enrichie.

Sarra, a intégré l’Afev en tant que stagiaire début février. Ce stage de fin d’études s’inscrit dans sa formation en Sciences de l’Education à l’université Lumière Lyon 2. Auparavant, elle a obtenu un BTS en économie sociale et familiale, qui lui a permis de découvrir le monde du social et du médico-social.

Pourquoi EgaliGone ?

Au vu de son parcours c’est naturellement dans cette continuité que Célia s’est dirigé vers EgaliGone : « Je trouve que le fait de former des personnes qui interviennent auprès d’enfants assez intéressant. C’est une question (genre et éducation) sur laquelle on n’est pas assez formé en général ».

Célia est en stage à EgaliGone depuis 3 semaines, pour une durée de 6 mois. Elle a pour mission de participer à la création d’une exposition sur le thème du genre et des activités physiques et sportives. L’exposition est prévue pour le mois d’Octobre prochain : elle sera sous forme de panneaux à louer par différents professionnels pour les amener à penser cette question sans être sur un ton moralisateur. Sur le moyen terme, elle envisage la création d’un cabinet de conseil et d’expertise en égalité professionnelle hommes-femmes en collaboration avec une amie. Elle aimerait aussi monter des projets en partenariat avec EgaliGone.

Pourquoi l’Afev ?

Sarra a choisi d’effectuer son stage à l’Afev car c’est une association qui lutte contre les inégalités socio-éducatives et qui rallie donc l’éducation et le social. Elle aimerait, suite à cette formation, travailler dans le secteur de l’éducation populaire. Par ailleurs, elle s’intéresse aux pédagogies alternatives et suit une formation sur la pédagogie Montessori, pour consolider son projet professionnel et intégrer ces outils à sa pratique professionnelle plus tard. Le stage à l’Afev lui permet entre autre de prendre connaissance des différents dispositifs qui existent et de mobiliser ressources disponibles, mais aussi de rencontrer les différents partenaires- acteurs de l’éducation.

Travailler à Locaux Motiv’ lui a permis de rencontrer des nouvelles associations et entreprises qu’elle ne connaissait pas. Elle apprécie particulièrement la diversité des membres et des projets. Elle a aussi participé à quelques Jeudi We, qu’elle a trouvé très intéressants et dans leur forme et dans leurs contenus.

Les DKP : un atelier de co-working pas comme les autres

Nous sommes allées à la rencontre de nos voisins les DKP qui créent joyeusement dans un espace de travail partagé !

Les fondateurs, Mélanie, Adèle et Sofiane ont longtemps cherché le nom de leur nouvel endroit de travail et se sont finalement décidés pour DKP (décapé) !

Les DKP est une association située au 14 rue Jangot, tout près de la place Mazagran. Cet atelier partagé est un espace où sont regroupés des designers, sérigraphes, créateurs et plasticiens. Au début de l’aventure ils sont trois, Sofiane, Mélanie et Adèle. Ils ont eu besoin d’un endroit, un atelier plus particulièrement, pour travailler et réaliser leurs prototypes, maquettes dans un environnement calme et convivial à la fois.

Nous avons pu rencontrer Marjorie, arrivée en juillet dernier et qui travaille dans la réalisation de dessins animés. Anciennement en télétravail, Marjorie a pu retrouver grâce à cet espace partagé un vrai lieu de vie et d’échange tout en ayant un cadre et un environnement serein pour travailler. Ils sont trois autres personnes à utiliser l’atelier comme Marjorie et donc six au total à y travailler, profitant ainsi des compétences des uns et des autres ainsi que de leurs savoirs faire.

En passant devant l’atelier, on remarque leur belle vitrine composée d’objets à vendre réalisés par Mélanie et Adèle qui ont d’ailleurs participé à des petits marchés et évènement sur la place Mazagran.

Les DKP disposent d’une page Facebook et d’une boutique en ligne pour la vente d’objets de Mélanie. L’atelier vaut vraiment le détour ! D’ailleurs, toute l’équipe sera ravie de vous recevoir pour échanger autour d’un café et répondre aux questions des curieux.ses à l’occasion !

 

Portrait de volontaires à l’AFEV: Basma et Roxana, l’envie d’être utile avant tout !

Présentation des AFEViennes :

Basma, 25 ans, après un parcours en Langue Littérature et Civilisations Etrangères Anglais, elle choisit de s’orienter vers un master 2 Direction des Organisations Educatives à l’Institut des Sciences et des Pratiques d’Education et de Formation à l’ Université Lyon 2.  Elle s’engage l’AFEV Grand Lyon en janvier 2017

Roxana quant à elle, a 24 ans et nous vient tout droit de Roumanie. Arrivée à Bordeaux en Septembre 2015, elle y effectue un service volontaire européen à la Maison de l’Europe Bordeaux Aquitaine avec pour mission la promotion des valeurs de l’Europe (conférences, animations dans les écoles, villages européens…etc.). En Septembre 2016, elle s’installe à Lyon et débute son master 1 tourisme en parallèle du service civique à l’AFEV.

 

Pourquoi le volontariat, et plus particulièrement l’AFEV?

Basma avait envie de se sentir utile et et dans s’engager pour des valeurs qui l’animent. Si elle a choisi l’AFEV, c’est pour enrichir son expérience dans le domaine de l’éducation, et donner un coup de pouce à des enfants qui ont besoin d’une présence ou d’un accompagnement sans être  forcément en grande difficulté.

En intégrant l’Afev, elle a choisi la mission « Action Educative », parce qu’elle pense que cette mission lui permet de développer son réseau professionnel pour la suite ainsi des compétences d’encadrement qui rentrent complètement dans le champ d’action de ses futures missions en tant que professionnelle.

Elle trouve la forme du service intéressant car elle permet de développer l’autonomie et des compétences d’encadrement tout en étant encadrée. Pour elle, le service civique est une bonne transition vers l’emploi.

Pendant son volontariat européen, Roxana a découvert le service civique; elle a donc décidé de postuler sur plusieurs offres, mais c’est l’AFEV qu’elle a finalement choisi d’intégrer.

Selon elle, le service civique lui permet d’avoir une fonction sociale, de se rendre utile et d’avoir un impact positif, si possible, sur le public auprès duquel elle intervient. A cela s’ajoute la possibilité de se consacrer à ses études à côté, pour cela elle a trouvé ses référentes assez arrangeantes.

Arrivée à Lyon au début de sa mission, les actions qu’elle mène à l’AFEV en tant que référente Action Educative lui ont permis de découvrir et « s’approprier » une ville qu’elle ne connaissait pas par le contact qu’elle développe avec la population locale. Il faut reconnaitre que Roxana est très sociable!

Comment se sentent-elles à Locaux Motiv’?

Pour Basma, c’est une première de travailler dans un lieu de coworking. Elle apprécie la bonne ambiance à Locaux Motiv qui lui a permis de rencontrer des personnes de différents horizons et des associations qu’elle ne connaissait pas. Elle apprécie particulièrement les Jeudi We, auxquels elle essaye de se rendre aussi souvent que possible. C’est d’ailleurs elle qui descend chaque jeudi nous rapporter le thème du jour sur quoi porte l’intervention du jour.

Roxana se sent en petite communauté à Locaux Motiv et elle trouve cela « très sympa ». Ce qu’elle apprécie particulièrement, ce sont les liens et les projets qui  se créent au fil du temps entre les différentes structures, ainsi que le côté dynamique de Locaux Motiv’

L’Observatoire International des Prisons : observer et alerter sur les conditions de détention dans les établissements pénitentiaires

« Que le regard se détourne, et tout peut arriver »

L’Observatoire International des Prisons est une association de défense de droits des détenus, créée par Bernard Bolze, en 1990, et qui a recentré ses missions sur le territoire français en 1996.

Il a pour mission d’observer les conditions de détention par l’intermédiaire de correspondants intramuros, d’enquêter et de dénoncer ce qui se passe en prison, et de promouvoir des alternatives plus efficaces à la prison, tels que les travaux d’intérêt général et la réduction de l’échelle des peines.

Il interpelle les médias et les pouvoirs publics en cas d’abus, de manquement au droit, de traitement inhumain et dégradant dont un détenu fait l’objet.

Local de l’OIP Sud-Est dans le quartier de la Guillotière

La coordination Sud-Est de l’OIP, située au 57 Rue Sébastien Gryphe agit auprès des personnes incarcérées dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, PACA  et la Corse. C’est d’ailleurs le seul bureau décentralisé, puisque le reste du territoire français  est géré depuis les locaux parisiens. Elle compte un salarié coordinateur ainsi que deux volontaires en services civique de huit mois, et des bénévoles pour les actions collectives.

Elle se charge d’apporter des réponses aux sollicitations des détenus, en leurs ur indiquant les démarches, organise des actions de sensibilisation en direction du grand public, des avocats, et des magistrats,  sous forme de conférences ou, de ciné-débat, ainsi que des groupes « action-parloirs » devant les établissements pénitentiaires.  Elle communique sur les situations à dénoncer via internet et les médias locaux.

L’OIP organise, à l’approche et en lien avec les présidentielles une campagne de sensibilisation pour interpeler les candidats à la présidentielle et faire réfléchir le grand public sur les alternatives à la prison.

 

Pour aller plus loin :